HomeActualitésEDUCATION

Centrafrique : 600 mentors de «grand Bangui» sont en  formation sur l’alphabétisation 

BANGUI, le 5 juillet 2024 (RJDH)….600 mentors issus des quatre préfectures de la RCA  ont été retenus au sein de différentes communautés, suivent une formation en alphabétisation de la langue sango. Le lancement des 4 centres de Bangui a eu lieu ce 04 juillet à la Mairie de Bégoua ; une initiative de Maingo » dans le but de créer des espaces  sûrs pour les jeunes filles et garçons, afin d’offrir  des programmes communautaires intégrés.

Ce renforcement de capacités des mentors des différents centres de «grand Bangui», à en croire Léonard Dimanche GOTOAS, Coordonnateur par intérim du projet « Capital Humain et autonomisation des femmes et filles « Maingo » va se faire à deux niveaux notamment l’aphtisation de base et l’alphabétisation fonctionnelle.

« Il s’agit d’une formation de renforcement de capacités des mentors qui sont chargés d’animer  les espaces sûrs et les clubs. Ces espaces sûrs et clubs sont dédiés à des adolescentes et jeunes filles déscolarisées. Il est question de les amener à comprendre à deux niveaux : l’alphabétisation de base savoir, compter dans notre langue nationale et ensuite l’alphabétisation fonctionnelle  pour leur permettre de s’exprimer et de circuler librement, échanger avec les autres, puisque nous avons deux langues nationales, c’est pourquoi il faut bien renforcer la capités de ces formateurs en « sango » a déclaré, Léonard Dimanche GOTOAS.

Une initiative  saluée par  le Coordonnateur qui exhorte fortement les mentors à faire montre d’assiduité et de responsabilité pour bénéficier pleinement de cette formation.

« Le gouvernement à travers le projet maingo a pensé apporter un plus à nos jeunes filles qui sont sorties du système classique de ladite formation. Elle leur ouvrira d’autres portes. Il est vrai que nous parlions tous sango, mais le niveau de sango varie d’une région à une autre, et donc  ces derniers doivent prendre au sérieux cette formation », a-t-ilconclu.

Cette formation permettra à ces mentors d‘animer les espaces sûrs et les clubs d’éducation non formelle et à assurer l’alphabétisation des jeunes filles et garçons aux fins de contribuer à leur autonomisation. Ledit projet prend en compte les préfectures de la Kémo, celle de la Ouaka, de Nana-Gribinzi et du grand Bangui.

Christelle Fandoma  

RJDH

COMMENTS