Centrafrique : Quatre personnes tuées au village Grévagne 5, à 32 km de Kaga-Bandoro par des éléments de la CPC

HomeActualitésDroit de l’homme

Centrafrique : Quatre personnes tuées au village Grévagne 5, à 32 km de Kaga-Bandoro par des éléments de la CPC

KAGA-BANDORO, le 17 mai 2021(RJDH)—Des hommes armés assimilés aux éléments de la Coalition des Patriotes pour le Changement(CPC) ont tué quatre personnes au village Grévagne, localité située à 32 kilomètres de Kaga-Bandoro dans la Nana-Gribizi. Une information confirmée par les autorités locales jointes au téléphone par le RJDH qui ont indiqué que plusieurs habitations ont été incendié par les assaillants.

C’est aux environs de 4 h du matin, que ces hommes bien armés ont fait leur irruption dans le village où ils ont tué quatre personnes, confie un chef du quartier Aimé Marin Liwoué après des crépitements d’armes ont été entendus dans la matinée. Ce qui a contraint certains habitants à quitter la localité pour trouver refuge dans la brousse.

 « Ce matin à partir de 4h5, nous avons écouté des coups de feu dans la localité et toute la population est obligée de fuir le village pour se réfugier en brousse. Après nous sommes retournés, j’ai constaté que les maisons ont été brulées et quatre personnes ont trouvé la mort », confie-t-il au téléphone.

Le bilan provisoire de cette attaque fait quatre morts et une dizaine de maisons ont été brulées. L’alerte selon le maire de cette localité a été faite depuis plusieurs semaines à l’endroit des autorités de Bangui afin de dépêcher une équipe des FACA, forces armées centrafricaines, malheureusement, ces préoccupations n’ont pas été prises en compte,

« depuis nous avons signalé cette présence des groupes armés au village Grevagne aux autorités compétentes. Car, ils ont tenu reprendre le contrôle de cette localité et effectivement ils sont arrivés cette nuit bruler des maisons et tuer quatre personnes. La responsabilité est au gouvernement d’agir au plus vite possible », a ajouté le maire.

Cette présence des groupes armés a fait contraindre les habitants à abandonner leurs activités agricoles et commerciales.

Les patrouilles régulières de forces bilatérales ne suffisent pas tellement à en croire, les autorités locales pouvant favoriser le retour définitif de la paix. Elles sont basées à Kaga-Bandoro centre. Les habitants demandent le déploiement rapide d’une unité de forces conjointes dans la localité.

Dorcas Kouagnon

RJDH

COMMENTS